3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 10:44

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41I7LYsDK2L._SL500_AA300_.jpgJ'en parlais il y a quelques temps et ça y est, je viens de le finir... Quelques mots de plus, donc, sur ce livre si intéressant et éclairant.

 

Quelques mots sur l'auteur d'abord. Elle étudiait le phénomène du burn out, qu'on observe dans le milieu professionnel dans des métiers très prenants, exigeants, comme les infirmières, les assistantes sociales, etc. Une sorte d'usure au travail pour résumer, résultat d'un stress modéré mais répété encore et encore... et grâce à son expérience de mère, elle a réalisé que beaucoup des conditions conduisant au burn out professionel se retrouvent dans la vie des mères... Vu sous un autre angle, lorsqu'on considère le fait d'être maman comme un métier, qu'on voit toutes les responsabilités qui y sont attachées, l'imprévisibilité des journées, le fait d'être "sur le pont" 24h/24... pas étonnant que les mamans craquent, et c'est le "même burn out" que celui qui se rencontre dans ces autres professions difficiles.

 

Comment cela se traduit-il? Il y a trois phases :

- d'abord, l'épuisement physique et moral (pas besoin de détailler, n'est-ce pas, si vous avez des enfants, vous connaissez, et le manque de sommeil aussi !),

- ensuite, une distanciation, sorte d'auto-protection : on prend de la distance par rapport à ce qui nous entoure, devenant moins sensible parce qu'on n'a plus la force de faire face émotionnellement,

- enfin, un reniement des accomplissements passés, présents et future (ou "je suis une mauvaise mère !").

De mon côté, je me suis reconnue un peu dans les trois, suivant les jours...

 

L'auteur explique très bien les différents facteurs qui conduisent au burn out chez les mères. Certains se retrouvent dans le milieu professionel : surcharge de travail, manque de contrôle (un bébé qui hurle... ben, on fait ce qu'on peut mais on n'a pas vraiment la clé pour qu'il s'arrête tout de suite), manque de reconnaissance, imprévisibilité... D'autres s'y ajoutent comme le bruit incessant, le manque de sommeil...

Ces explications sont sans doute là pour appuyer sa thèse (c'est l'impression que j'ai eue parfois, mais sans doute parce que c'était une seconde lecture?) mais les exemples et témoignages qui les accompagnent rendent le tout très vivant et accessible.

 

Comprendre, c'est la première étape, que cela soit pour les mères ou pour les autres... puis, il y a des conseils bien sûr, parmi lesquels chaque maman est invitée à piocher pour voir ce qui marche.

Et le livre se conclut sur un très pertinent chapitre spécial papa, adressé aux pères donc, petit résumé qui donne des pistes pour le partenaire, l'allié naturel, qui peut tellement aider de sa participation, son écoute, son soutien.

 

Excellent livre, donc, que je ne regrette pas d'avoir relu... et que je conseille sans hésiter à toutes et tous.

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 11:53

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51MRwW2zlML._SL500_AA300_.jpgJe viens de lire un très beau livre, très fort, prêté par une de mes voisines : Le Premier Cri. Il est tiré du film bien sûr, film que je n'ai pas vu mais dont je me souviens très bien des affiches croisées un peu partout quand j'attendais ma petite Choupinette.

Film qui me tentait bien mais que je n'étais pas allée voir, sachant comme je suis émotive enceinte, ce n'aurait vraiment pas été une bonne idée !

Depuis, j'ai lu une critique très intéressante de ce film sur le blog de Mamanana (j'aime beaucoup ce blog). Critique qui m'a donné envie de voir le film mais surtout d'en savoir plus sur son histoire... alors, quand ma voisine m'a proposé de me prêter ce livre, j'étais ravie !

 

C'est un livre superbe, vraiment. Les photos, la mise en page avec des motifs qui rappellent le pays de chaque histoire, le texte très travaillé, la force des expériences différentes... J'ai lu plusieurs livres autour de la naissance pendant que j'attendais mon petit bouchon, mais celui-ci m'a paru très riche pourtant !

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le film (il y en a?), il retrace des naissances aux quatre coins de la planète, au travers l'expérience de mamans très différentes : France, Sibérie, Tanzanie, Niger, Vietnam, Japon...

La force du livre est justement la confrontation de ces expériences. "Confrontation" car les expériences sont justaposées mais jamais comparées, et c'est leur contraste qui interpelle, fait réfléchir, sans jamais que l'avis de l'auteur ne soit exposé.

Si le sujet vous intéresse, je vous le conseille vivement, d'autant plus que c'est un très beau livre.

 

... seulement, au sortir de cette lecture, je ne peux m'empêcher de donner un peu mes impressions. Vous pouvez vous arrêter ici si vous préférez le suspens. ;)

 

Parce que moi, ce qui m'a interpelée, c'est le contraste entre ces femmes qui accouchent loin de tout, comme cette femme touareg qui accouche en plein désert, et ces femmes occidentales qui recherchent un accouchement naturel, en retour à la nature, et qui pourraient, elles, bénéficier d'une assistance...

Moi aussi, je recherchais une naissance douce, naturelle, pour mon petit bonhomme. Forcément, l'expérience de cette maman aux Etats-Unis, qui veut accoucher sans assistance parce que c'est naturel et qu'elle a confiance dans son corps m'interpelle... surtout que, quelques pages plus loin, la maman touareg perd son enfant parce qu'elle n'en a pas, elle, d'assistance, parce qu'elle est dans le désert et que la sage-femme venue avec l'équipe du film, dépassée, ne sait pas quoi faire. Et cela m'a frappé de voir que le réalisateur est intervenu deux fois, en appelant à l'aide au téléphone une maternité parisienne : une fois pour cette maman du Niger, dont ce coup de fil a sans doute sauvé la vie, et une autre fois... pour cette maman occidentale qui avait choisi d'accoucher sans assistance et pour qui la délivrance ne se passait pas comme prévu. Et qui ne semblait pas mesurer le danger ni avant, ni pendant, ni après... Bien sûr, elle avait expliqué à ses amis qu'elle était consciente du risque, qu'elle l'assumait, mais qu'est-ce que ça signifie consciente du risque quand on perd son enfant?

Et cette future maman japonaise qui allait fendre du bois dans le cadre d'une préparation à la naissance "engagée" pour un retour à la tradition, qu'est-ce qu'elle en aurait pensé, la future maman massaï, qui devait elle piler le mil jusqu'en fin de grossesse parce qu'elle n'avait guère la possibilité de se reposer?

 

Bref, aurait-on oublié les vraies contraintes, les vrais risques, tout dans notre confort d'occidental? Est-ce qu'on idéaliserait pas la nature, en attendant tout, oubliant que le danger, la mort, la maladie, c'est la nature aussi, et que la médecine sait éviter tellement de drames?

 

Et en écho à cette question, cette "usine" vietnamienne (là, le terme d'usine à bébé appliqué à certaines maternités françaises fait sourire, on est vraiment dans l'usine dans cette plus grande maternité du monde où les parturientes se partagent la même salle pour accoucher...), usine qui offre une sécurité certainement, mais à quel prix?

 

Finalement, en me demandant quel accouchement j'aurais préféré, au milieu de tout ça, ce n'était pas non plus celui qui vient un peu peut-être comme conclusion, avec les dauphins. Parce qu'en plus de n'être envisageable que pour une poignée de "privilégiées", est-ce bien raisonnable, n'est-ce pas très artificiel comme démarche, comme on le ressent quand, une fois le bébé là, les parents repartent laissant seul le dauphin dans son bassin, puisqu'ils n'en ont plus besoin...

Non, je crois que j'aurais préféré cet accouchement chez les massaï, finalement, avec une sage-femme expérimentée, qui sait visiblement agir en cas de difficulté... Comme quelque chose de traditionnel qui se serait perdu et que peine à réinventer cette femme qui choisit d'accoucher sans assistance, expliquant à ses amis "où regarder dans le livre" au cas où...

 

Et je mesure la chance que j'ai eue pour la naissance de mon petit bonhomme, dans cette maternité où j'ai été accompagnée, mais pas trop, entourée et pas contrainte et où il a été si bien accueilli...

Et si le changement à faire était dans l'attitude des femmes, finalement, pour les aider à mieux appréhender et à mieux se préparer à ce moment, et dans l'écoute des soignants, et que le lieu était secondaire? Parce que le soignant qui reste à la bonne place, comme cela est décrit pour le Mexique, je l'ai vécu moi, et sans avoir besoin de dauphins...

 

Vaste sujet, si essentiel... et dont je pourrais parler pendant des heures, bien sûr !

D'ailleurs, j'en reparlerai peut-être, j'ai plusieurs livres là-dessus à recommander. ;)

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 21:32

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41I7LYsDK2L._SL500_AA300_.jpg"Quel être humain sensé accepterait un labeur qui requiert sa présence vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours par an, dans des conditions de stress important où l'imprévisibilité des évènements est constante, où la sensation de contrôle, le soutien psychologique, émotionnel et matériel, ainsi que la reconnaissance d'autrui sont rares?"

 

En ce moment, je relis l'excellent livre de Violaine Guéritault sur le burn-out maternel. J'en avais déjà entendu parler plusieurs fois dans l'émission Les Maternelles pour finalement l'emprunter à la bibliothèque.

Sa lecture avait été une révélation : tout d'un coup, beaucoup de choses s'éclairaient (et sur mon boulot aussi d'ailleurs mais ça, c'est un autre sujet).

Parce que finalement, maman, c'est pas un métier facile... et que l'image de la mère idéale a la vie dure - et en plus, sur le net, la mère idéale n'est jamais en colère, toujours très pédagogue, se fait obéir sans même menacer de punition et trouve le temps de coudre l'essentiel de la garde robe de ses enfants tout en leur inventant des activités ludiques et pédagogiques et en faisant preuve d'une créativité folle à tous les repas... Et tout ça avec trois, quatre, voire cinq enfants !

 

Avec mes deux miss, adorables pourtant, et mon petit bouchon, tout aussi adorable également, les journées de maman à plein temps sont parfois bien difficiles... et là, il y a quelques semaines, ça a été l'évidence : c'était le bon moment pour me procurer ce livre et y replonger.

Bonne nouvelle : il existe en poche.

 

Je redécouvre cette analyse si éclairante du vécu de maman... Je souris ou je ris devant les anecdotes - c'est que je m'y reconnais tellement maintenant que mes miss sont plus grandes et peuvent elles aussi "dévaster" la maison en en temps record en étalant presque tous leurs jouets par terre (il faut le voir pour le croire).

Et déjà, ça fait du bien, parce que voilà, c'est dit, si je ne maîtrise pas tout, si j'arrive en retard à l'école (en me faisant réprimander par la maîtresse en plus), ce n'est pas moi qui suis anormale...

 

"Quand allons nous cesser d'avancer des explications vaseuses et détournées sur les problèmes de stress rencontrés par les mères? Les avis médicaux mettent en exergue les déséquilibres hormonaux pour justifier la dépression de certaines d'entre elles. L'approche psychanalytique, pour sa part, se focalise sur leur vie intrapsychique, et met en avant les conflits d'enfance non résolus avec leurs propres mères. Que reste-t-il aux femmes, dans ces conditions, pour faire reconnaître la validité de leur vécu et du stress associés à leurs responsabilités maternelles, sans être systématiquement placées sur le banc des accusées?

 

La société attend une performance exemplaire de la part des mères sans que leur soient accordées les ressources nécessaires pour répondre à cette attente. Si elles sont épuisées, débordées, ou chroniquement en retard, c'est forcément parce qu'elles sont complètement désorganisées. S'il leur arrive d'être aggressives, colériques ou à bout de nerfs, c'est sans doute à cause de leur émotivité exarcerbée et incontrôlée ou bien encore à cause d'un cas de syndrome prémenstruel aigu. Si finalement elles s'effondrent, c'est parce qu'elles souffrent de dépression due à une nature vulnérable et que les médicaments devraient soulager afin qu'elles retrouvent une productivité capable de satisfaire les besoins de ceux qui les entourent."

 

J'en reparlerai sûrement de ce livre mais j'ai tellement, tellement aimé ces passages de l'introduction que je n'avais pas envie d'attendre d'être au bout pour partager ça avec les mamans de passage sur ce blog...

Oui, j'en reparlerai, c'est sûr. Parce qu'un livre qui fait se sentir mieux dès les premières pages, ça vaut la peine d'en parler, non?

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 19:05

Eh oui, Noël approche et on a de la chance, pour la seconde année consécutive, miss Ju a décidé de laisser carte blanche au père Noël qui saura bien choisir ce qu'il faut - contrairement aux parents pour qui il vaut mieux prévoir une liste, c'est pour ça qu'elle a déjà commencé à faire une liste pour son anniversaire du mois de mai (!).

 

Et, en y réfléchissant, c'est vrai qu'il choisit bien le père Noël et Ju a trouvé l'explication : peut-être que le père Noël a eu des bébés avant, c'est comme ça qu'il sait choisir les cadeaux pour les petits.

 

... voilà, on va vite entrer dans les préparatifs de Noël maintenant... mais je vous reparlerai de tout ça !

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 20:51

C'est un si joli mot d'enfant que je ne résiste pas à l'envie de le partager.

 

Il y a quelques jours, miss Choupinette était... comment dire, un peu pénible? chouineuse? irritable? enfin, vous voyez... et je me suis exclamée : "je ne sais pas ce qu'elle a aujourd'hui !"

Et Ju m'a répondu : "elle a juste envie d'être avec toi, ça doit être un jour de patience".

 

Là, l'expression va rester, je crois. Depuis, je me le dis souvent "ça doit être un jour de patience", j'avoue... et je crois que ça parlera à beaucoup de mamans... C'est vraiment exactement ça.

Partager cet article

Repost0

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

~ Archives ~

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -