19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 18:07
Les cousins Karlsson 2 - Sauvages et wombats

Les cousins Karlsson, ce sont Georges, Julia, Alex et Bourdon, et puis le chat chapardeur aussi, bien sûr. Ce sont aussi les jeunes héros d'une série de romans pour la jeunesse de Katarina Mazetti (celle qui a écrit Le mec de la tombe d'à côté, que j'ai aimé, et Le caveau de famille, que je n'ai pas aimé). Après Espions et fantômes, notre petite bande de cousins retrouve l'île aux grèbes et tante Frida, qui a décidé de se lancer dans l'élevage de wombats.

De quoi ? De wombats. Non, moi non plus, je ne savais pas ce que c'est. D'ailleurs, les cousins commencent pas chercher ce qu'est un wombat sur internet. Alors, un wombat, c'est un petit marsupial d'Australie, avec une bonne tête de nounours. Pas de doute que les visiteurs vont affluer sur l'île pour voir cette attraction unique en Suède !

Sauf qu'il y a aussi un promoteur qui veut acheter l'île pour en faire un spa, et d'étranges et effrayants motards, les fameux sauvages, qui tournent autour de l'île...

Comme dans le premier tome, on est dans le roman pour enfant : on devine très vite qui sont ces sauvages (alors que les cousins et leur tante s'interrogent jusqu'au bout) et ces terribles brutes peuvent être mis en fuite par un chat et des wombats... Mais, si on ne cherche pas une intrigue policière pour adulte (je n'ai pas testé, mais ça ne m'étonnerait pas que ma miss de 9 ans trouve qu'il y a beaucoup de suspens), on est pris par le charme de ces aventures, de l'humour, de la fantaisie de l'histoire et des personnages... Si vous avez aimé le premier, vous aimerez sans doute le second... sinon, peut-être faut-il s'orienter vers autre chose ? De mon côté, j'ai mieux aimé celui-ci : les personnages sont bien installés et l'histoire se laisse suivre avec plaisir.

Il me manque l'avis d'une miss de 9 ans... quand elle l'aura lu, je vous en reparlerai peut-être ? Là, elle est absorbée par d'autres romans !

Partager cet article

Repost 0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 19:02
Faillir être flingué

Roman et western, ce sont deux mots qu'on n'a pas trop l'habitude de voir ensemble. Et pourtant, c'est bien un roman-western qu'a écrit Céline Minard, et ça n'a pas qu'un peu piqué ma curiosité quand je sélectionnais mes tentations de la rentrée littéraire.

Coup de chance : je pouvais le réserver à la bibliothèque. Comme je l'ai reçu en même temps que La lettre à Helga et Esprit d'hiver, je ne l'ai pas commencé tout de suite - par lequel commencer ? Le choix était difficile, quand même. Pourtant, Faillir être flingué, on m'en avait dit (beaucoup) de bien.

J'ai commencé... et je n'ai pas accroché. Je me perdais dans les personnages - j'ai de plus en plus de mal quand les personnages changent à chaque chapitre - je revenais en arrière... il faut dire que je le lisais pas (très) petits bouts, pas facile de se rappeler. Et tout à coup, le déclic : j'avais trouvé mes marques, je savais qui était qui et ce roman était tout simplement génial !

Plusieurs personnages donc, tous hauts en couleur, qui se rencontrent, se croisent - c'est très amusant de faire le lien entre un chapitre et l'autre, de comprendre que l'un arrive à un endroit que l'autre vient juste de quitter... et puis, dans ces croisements et ces rencontres, il y a une histoire de bottes aussi, mais je ne vais pas vous gâcher la surprise alors motus ! Toutes ces histoires séparées vont se rejoindre et tout ce qui a été évoqué se dénouer à la fin... Pas un de ces romans qu'on finit avec encore plus de questions qu'on l'a commencé (ouf). Et pourtant, il est si bien construit que l'auteur en aurait été capable, sans aucun doute.

Mais ce qui est génial, vraiment, c'est ce thème du western. On retrouve tous les archétypes du genre : le chercheur d'or, les indiens, les vachers, le saloon et ses danseuses, et même la blanchisserie chinoise (!), la plaine interminable, le chariot qui cahote sur la route... et tous ces archétypes, racontés, perdent le côté carton-pâte qu'on leur connait pour devenir réels, vivants et terriblement originaux. Ce n'est plus le cow-boy dans le soleil couchant, c'est la solitude, l'immensité tout autour, pas d'homme à des jours de voyage, la prairie pour survivre, les rochers qui apparaissent au loin dans un mirage puis disparaissent... Vous voyez l'idée ?

Et c'est parfois sauvage, parfois drôle... une lecture qui fait un drôle d'écho avec la version d'origine de La petite maison dans la prairie d'ailleurs, ce côté vraie vie des pionniers avant qu'elle soit réinventée par Hollywood.

Bref, vous l'avez compris, un coup de cœur ici ! (et en plus, je viens de coudre un jean, si c'est pas extraordinaire...). Mais pour d'autres avis, n'hésitez pas à retrouver ceux des participants du challenge rentrée littéraire, auquel je participe !

Partager cet article

Repost 0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 19:31
Esprit d'hiver

Dans une petite ville des Etats-Unis, Holly prépare le repas de Noël. Il s'annonce comme tous les ans, un peu fastidieux, avec les "amis" qu'on n'a pas vraiment envie de voir et ceux avec qui on a envie de le passer, avec le rôti à cuire et les beaux-parents qui arrivent à l'aéroport. Mais ce matin, Holly et Eric ont dormi trop tard : Eric part le plus vite possible vers l'aéroport laissant Holly seule avec Tatiana, leur fille adoptive. Et avec la certitude que "quelque chose les a suivis depuis la Russie jusque chez eux."

Le blizzard se lève et Holly et Tatiana se retrouvent comme coupées du monde, pour cette journée qui va prendre peu à peu un tour inquiétant...

Esprit d'hiver était l'un des romans de la rentrée littéraire que j'avais repérés et que j'avais hâte de découvrir. Captivant, il est aussi noir, très noir. Cette relation mère-fille qui est décrite à travers les pensées de Holly révèle petit à petit ce qu'elle peut avoir de monstrueux, une monstruosité ordinaire d'une banale relation mère-fille, avec tout ce qui est tu, tout ce qui est caché... Mais, petit à petit aussi, on comprend que quelque chose cloche, va au delà, sans pouvoir deviner quoi jusqu'à comprendre enfin, presque à la fin...

C'est un roman remarquablement écrit. Laura Kasischke réussit le tour de force de nous rendre Holly, à travers qui nous vivons cette journée, tour à tour détestable ou juste humaine, à nous faire douter, nous questionner, un doute qui devient angoissant... Un très beau livre mais aussi un livre terrible... A ne pas lire les jours de petit moral... après cette lecture, je crois que je vais avoir envie de beaucoup, beaucoup de légèreté !

Partager cet article

Repost 0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 13:06
La lettre à Helga

En Islande, il n'y a pas si longtemps, les gens menaient une vie complètement différente, une vie qui n'a sans doute existé que là-bas, dans ce pays démuni de tout. Des fermes isolées, où la vie tourne autour des moutons, du fourrage, de la pêche, où on travaille beaucoup, où on utilise de l'urine fermentée pour traiter la gale du mouton, où aller chercher un corps pour l'enterrer peut devenir presque impossible... Et où, malgré et avec ce rude quotidien, on discute de littérature et où on récite les grands poètes...

C'est ce monde-là que fait revivre La lettre à Helga de Bergsvein Birgisson, à travers les souvenirs d'un fermier qui, au crépuscule de sa vie, écrit à la femme qu'il a toujours aimée et avec qui il n'a jamais pu vivre... Un monde un peu brutal, émouvant, où les réalités matérielles se mêlent aux réflexions sur le sens de la vie... Et une histoire qui laisse ému et qu'on sent qu'on oubliera pas.

J'ai mis un peu de temps à entrer dans ce livre mais assez vite, cette histoire est devenue très réelle et j'ai lu la suite d'une traite... Un coup de coeur partagé avec beaucoup de participants du Challenge rentrée littéraire 2013 !

Partager cet article

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 10:17
Sanderling

Troisième lecture du challenge rentrée littéraire 2013...

Sanderling m'avait attirée, tout de suite, de façon un peu mystérieuse : la couverture, la bande annonce, le fait qu'il soit publié chez Gaïa... Je ne savais presque rien de l'histoire, j'imaginais qu'elle se passait dans un pays du nord et que ça parlait d'un village de paysans... Dès les premiers chapitres, le roman m'a entraînée ailleurs, là où je ne l'attendais pas, et j'ai été captivée : qu'allait-il se passer ? Et ça a duré jusqu'à la fin. Difficile de résumer... mais je vais essayer quand même.

Tout commence dans le nord, au Groënland, par la rencontre entre Landry et un nid de sanderlings. Landry a 35 ans, il est agriculteur, sa femme est partie et il a fait ce voyage organisé pour suivre les autres, sans se douter qu'il allait changer sa vie. Quand il rentre chez lui, dans le Perche, rien n'a changé mais son regard à lui n'est plus le même, on sent que le livre va parler d'une renaissance, d'une transformation. On fait connaissance avec tous les gens du village : Merlin, Molka, Alice, Lucette, Ladona... qu'on finit par connaître comme si on y vivait aussi, dans ce village, un village rural qui fait tellement vrai et qui raconte si bien cette vie des agriculteurs.

Mais là survient la catastrophe, une éruption volcanique monstrueuse qui d'Islande, va recouvrir l'Europe toute entière et bouleverser tout ce qui était établi. Les paysans de Belligny, à leur manière, entrent en résistance contre ce phénomène extrême...

Tout a l'air vrai, tout est vrai quand on le lit et on s'étonne presque de relever les yeux sur un ciel clair, une campagne paisible d'avant la catastrophe. On accompagne ces gens, on vit avec eux, on s'inquiète, on est bouleversé parfois par le décès de l'un ou de l'autre dans des circonstances tragiques, on est ému, on se réjouit de l'espoir qui revient...

Ce roman d'Anne Delaflotte Mehdevi est un très beau roman, dont je me souviendrai longtemps. Ceci-dit, je ne le conseillerais pas à un ami qui aurait un petit coup de déprime, j'ai trouvé certains passages très durs, pas dans la manière de raconter qui reste toujours très sobre et ne tombe pas dans le pathos, mais les épreuves que traversent les habitants de Belligny ne sont pas de petites épreuves et tous ne s'en sortent pas bien... Mais ce livre restera sans aucun doute un de mes préférés de cette année, beau coup de coeur pour ce challenge littéraire !

Partager cet article

Repost 0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 08:44

Pour finir la liste des tentations de la rentrée littéraire, les tentations jeunesse... Les éditeurs jeunesse ne sont pas dans la même logique que ceux du secteur adulte, on n'a pas la même campagne de pub autour des albums ou des romans jeunesse... mais j'ai fait un petit tour de mes éditeurs favoris et croisé quelques titres qui me tentent bien !

Sélection pas du tout exhaustive, donc, comme des petits cailloux ramassés de ci de là... N'hésitez pas à cliquer sur les liens pour en savoir plus (extraits sur le site de l'éditeur, avis de lecteurs...).

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

L'album Tony Tiny Boy, d'abord... Celui-ci, avec une miss fan d'indiens à la maison, je ne pouvais pas ne pas m'y arrêter... Tony Tiny Boy est un cow-boy, un vrai, qui "a fait la guerre contre les indiens, et les indiens ont perdu". Mais Tony Tiny Boy a changé et il décide de retourner voir les indiens, pas pour faire la guerre, pour faire la paix...

J'aime beaucoup la délicatesse du thème et la tendresse qui se dégage des illustrations.

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

Une histoire de mémoire, de famille et de couture : Le fil de soie de Cécile Roumiquière et Delphine Jacquot. Des illustrations délicates, poétiques, qui mélangent les textures, qui évoquent un pays lointain... Du peu que j'ai vu, cet album me tente vraiment beaucoup !

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

Hélium, l'un de mes éditeurs favoris, vient de créer la collection Fictions Nature, des romans qui mettent en scène des animaux dans leur "vraie vie". Le chant de la grande rivière a ainsi pour héros un campagnol, et le résumé donne l'impression d'un monde aussi dépaysant qu'un conte ou un roman fantastique... En plus, j'aime beaucoup la couverture (et ça compte, une couverture). Roman dès 9 ans, séduirait-il ma miss ?

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

Le plus joli des rêves, de Nathalie Brisac, a été chroniqué par Sophie (Hérisson). Que ce soit la couverture ou le thème (un adulte à la recherche du plus beau rêve), j'ai bien envie de le découvrir... Un roman dès 7 ans, illustré par Rascal dans un style assez différent de ce que je connais de lui mais tout aussi original.

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

Un petit tour chez Rageot, qui ne m'a jamais déçue avec ses romans jeunesse. Dans les nouveautés, c'est Mes rêves au grand galop que j'aurais envie de découvrir. Une histoire qui semble aborder le sujet du handicap sans clichés, une histoire de cheval aussi ? Il ne me reste plus qu'à le lire pour le vérifier !

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (3)

Paru aussi en septembre, l'album Héléna, illustré par Maëlle Delavaud-Coudel avec qui j'ai eu le bonheur de partager le projet Tino... Je crois que ses illustrations sont encore plus belles qu'avant, avec un mélange de réalisme et de poésie.

Le sujet ? "Jeanne est une petite fille solitaire. Un jour de neige apparaît dans un miroir une fillette aux yeux gris, Héléna.
Désormais, Jeanne n’est plus seule. Elle a une amie, une confidente, une sœur.
Jeanne grandit, et, un jour, son père vend le miroir. Entre les deux enfants, le lien est rompu.
Pour toujo
urs ?"

Et je pourrais encore ajouter quelques romans ados : Le journal malgré lui de Henry K Larsen (sélection Télérama), Le cœur des louves chez Le Rouergue (sélection Télérama) ou 3000 façons de dire je t'aime, coup de coeur de Sophie (Hérrisson).

La question maintenant, ça ne va pas être "que lire ?" mais "où trouver tous ces livres ?" Heureusement que le challenge dure un an...

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 15:48
Le cheval de d'Artagnan

Grâce à Sophie (Hérisson) et au Challenge rentrée littéraire 2013, j'ai eu la chance de bénéficier d'un partenariat pour découvrir Le cheval de d'Artagnan.

Une idée de départ très séduisante : la vie de d'Artagnan racontée par son cheval... tout un programme !

Dès qu'il est arrivé dans ma boîte aux lettres, je me suis plongée dedans. Les premières pages, le style m'a un peu désarçonnée avec son mélange de langage parlé et d'un vocabulaire très 17ème siècle... et au bout de 3 pages, j'ai perdu toute mon objectivité d'adulte pour me régaler comme une gamine des aventures de Rabastas et ses compagnons !

Charles et Rabastas partagent donc un rêve d'enfance : devenir respectivement mousquetaire et cheval de mousquetaire. C'est surtout Rabastas que l'on va suivre, Rabastas qui raconte ses aventures, ambitieux, un peu orgueilleux parfois, souvent naïf et d'une fidélité inébranlable à son célèbre maître...

J'ai donc passé un très bon moment au fil de cette lecture, qui m'a rappelé des souvenirs de lecture d'enfance... Si je reprends mon objectivité d'adulte, je dirais que le roman a les limites de beaucoup de romans jeunesse, ce n'est pas un roman à double ou triple niveau de lecture comme certains... mais il est parfait pour son public... et ceux qui veulent se replonger dans leurs émotions de lecture d'enfant ! Et c'est finalement une qualité : combien de livres "à double niveau de lecture" finissent pas cibler les adultes au détriment des enfants ? (en tout cas, c'est mon impression depuis quelques temps...)

Mon seul regret : ma miss Ju n'a pas voulu tester, ce livre étant résolument de l'autre côté de cette limite "trop de texte" qu'elle seule semble maîtriser. J'attends un peu pour voir si elle se plonge dedans et ce qu'elle en pense, elle qui a 8 ans et demi pour de vrai !

... et merci encore Sophie pour ce partenariat !

Partager cet article

Repost 0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 08:38

Cette fois, c'est dans Télérama que je me suis plongée. Et déjà un livre qui met tente beaucoup beaucoup, un roman western qui parle d'indiens et de grandes plaines : Faillir être flingué de Céline Minard.

Sur le site de Télérama, vous pouvez en écouter un extrait et lire la critique (qui ne raconte pas trop l'histoire en plus, je déteste les critiques qui dévoilent la fin !).

 

 

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (2)

Et puis, dans le Télérama de cette semaine, c'est la critique de Esprit d'hiver de Laura Kasischke qui m'a accrochée : une mère américaine et sa fille adoptive russe, des fantômes, un huis-clos, "quelque chose" qui les a suivies depuis la Sibérie et une histoire qui raconte l'inconscient... j'ai très envie d'en savoir plus !

L'interview de l'auteur est ici, sur leur site.

... et à suivre, un dernier billet sur mes tentations jeunesse de la rentrée littéraire !

Edit du 1er octobre 2013 : j'y ajoute deux titres croisés par un heureux hasard sur le net : La lettre à Helga, roman islandais qui paraît si émouvant et poétique, et Courir sur la faille, itinéraire d'un athlète Tutsi dans le chaos du génocide rwandais...

Evidemment, il va falloir trouver tous ces livres maintenant... à suivre !

Partager cet article

Repost 0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 07:14
Les évaporés

"Ici, lorsque quelqu'un disparaît, on dit simplement qu'il s'est évaporé, personne ne le recherche, ni la police parce qu'il n'y a pas de crime, ni la famille parce qu'elle est déshonorée."

Thomas B. Reverdy nous entraîne ainsi dans un autre Japon, celui des évaporés qui choisissent de disparaître, des yakuzas, de la génération de la décennie perdue et de Fukushima, un Japon loin du miracle économique ou de la réussite flamboyante, très actuel et moderne et pourtant nourri de son passé et tellement japonais...

Si l'intrigue nous fait côtoyer plusieurs personnages - Kaze, qui a choisi de disparaître, sa femme, sa fille Yukiko, Richard B., l'américain qui a accepté de l'aider, un enfant qui a fui le Nord et le tsunami - tout se tient et c'est bien une seule histoire qui se déroule à plusieurs regards. Kaze qui construit sa nouvelle vie, Yukiko qui revient au Japon pour le chercher, Richard B. qui aimerait que ce voyage lui permette de renouer leur histoire d'amour... Tout est raconté avec beaucoup de justesse, à la fois dans le dépaysement et dans quelque chose d'universel. Et malgré le sujet, sans être triste ni pesant. Avec quelque chose de délicat et poétique dans le style comme dans les situations. Et si sur ce sujet, la fin pourrait être décevante ou cliché, il n'en ai rien... mais je vous laisserai la découvrir !

Les évaporés est une lecture qui m'a vraiment beaucoup plu, comme vous l'aurez compris. Un très beau début pour ce Challenge rentrée littéraire 2013 et un coup de cœur !

Partager cet article

Repost 0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 09:38

Je suis toujours en repérage pour le Challenge. Et alors, en faisant un petit tour sur les sites des éditeurs, j'ai déjà noté...

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (1)

Un nouveau titre d'Arnaldur Indridasson, énigme policière sur les livres en plus... Comment résister (sortie le 12 septembre) ?

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (1)

La seconde aventure des cousins Karlsson (à paraître en septembre) - ma miss Ju va pouvoir participer au challenge, je crois !

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (1)

Le dernier livre d'Amélie Nothomb, qui sort en même temps en livre audio, l'article de Sophie (Hérisson) m'a vraiment donné envie de le lire.

Challenge rentrée littéraire 2013 : tentations (1)

Un roman français paru chez Gaïa (un de mes éditeurs favoris), délicieusement intriguant... Il s'appelle Sanderling et il a même une bande-annonce.

Tout ça pour vous tenter et que vous m'accompagniez ! - n'est-ce pas Marie ? ;)

Partager cet article

Repost 0

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture, de l'aquarelle, des dessins... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

Abracadacraft, Des idées pour aujourd'hui et pour deux mains

plumetis

Suivez-moi sur Hellocoton

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -