30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 10:34

Colin donna le signal et les invités commencèrent à sortir sur la terrasse. Le temps s'étant maintenu au beau, rien ne s'opposait à poursuivre à l'extérieur. Un discours devrait annoncer la deuxième partie de la soirée, animée par un orchestre. Après ce discours, Colin considérait qu'il aurait bien gagné le droit de profiter de la soirée lui aussi, en délaissant un peu ses contacts les plus importants pour une compagnie plus agréable.

 

En quelques secondes, il se retrouva seul dans la salle. Curieusement, cela ne l'étonna pas outre mesure, pas plus que d'être soudain vêtu d'un frac. Ce qui l'étonna, ce fut de ne pas avoir remarqué que la salle comportait quatre portes battantes orientés vers les quatre points cardinaux, et que ces quatre portes soient fermées.

 

Deux des portes semblaient verrouillées, mais la troisième s'ouvrit largement sous sa poussée. De l'autre côté, les invités, tous en frac également, poursuivaient leurs conversations qui se mêlaient en un brouhaha confus. Au lieu de sortir se joindre à eux, Colin tenta d'ouvrir la quatrième porte. Elle se bloqua presque tout de suite laissant à peine le passage qui lui aurait permis de se faufiler entre les battants. De l'autre côté, il pouvait apercevoir deux femmes qui se tournaient le dos. La première, grande, brune, très élégante, absorbée dans une conversation passionnée, c'était Mélina, son assistante. La seconde, blonde, plutôt discrète, c'était l'interprète francophone. Comment s'appelait-elle au fait? Emily, il lui semblait bien.

 

Colin entendit une voix derrière lui.

 

- Fascinant, n'est-ce pas, l'étendue des possibilités qui s'offrent à un homme.

 

Colin se retourna. L'inconnu était plutôt grand, vêtu d'un frac lui aussi, et portait une barbe grise parfaitement coupée. Il ajouta :

- Quand je dis un homme, bien sûr, c'est une manière de parler, c'est vrai pour une femme également.

 

Colin ne lui demanda pas qui il était, ni comment il était entré puisqu'il n'était passé par aucune des portes. En fait, il était tellement surpris qu'il ne lui demanda rien du tout.

 

Pourtant, l'inconnu s'adressa à nouveau à lui :

- Vous vous posez des questions, n'est-ce pas?

 

Incapable de dire un mot, Colin hocha la tête.

 

- Allez-y, je vous écoute, ajouta-t-il, et Colin eut l'impression de le voir faire un clin d'œil.

 

Colin réfléchit un instant et finit par dire :

- Tout cela est un peu confus pour moi. Évidemment, cela semble avoir un rapport avec ce bâtiment, cette salle avec ces quatre portes...

 

Conscient de ne rien avoir expliqué mais ne sachant pas comment continuer, Colin se contenta de désigner la salle autour de lui. L'inconnu sembla comprendre et adressa un large sourire à Colin.

 

- Pour cela, il vous faudrait l'aide de quelqu'un qui connaisse tout de cette Tour, qui ait en quelque sorte suivi son évolution depuis le début... Eh bien vous avez de la chance : c'est moi qui l'ait conçue !

 

Colin regarda à nouveau l'inconnu. Bien sûr ! Gustave Eiffel ! Comment ne l'avait-il pas reconnu alors qu'il avait eu son portrait sous les yeux toute la soirée? D'ailleurs, sa présence ne surprenait pas Colin ; il devait tenir à suivre de près tout ce qui se passait sur sa tour.

 

Colin avait à peine eu le temps de se faire ces réflexions que Gustave Eiffel expliquait déjà :

- Voyez-vous, bien que ce bâtiment soit parfaitement dépourvu de signification religieuse, ce qui est parfaitement logique quand on sait dans quel contexte il a été conçu... - devant le regard suppliant de Colin, Eiffel renonça à expliquer ces circonstances - ce bâtiment, donc, est riche de toute une symbolique.

Cette salle en est en quelque sorte le cœur. Chacune de ses portes représente un aspect de la vie d'un homme.

Là encore, il sembla vouloir ajouter quelque chose mais se ravisa.

 

- La première porte que vous avez ouverte représente les affaires, le commerce, la réussite sociale. Étant donné qu'elle s'est ouverte en grand, j'en conclus soit que vous menez une brillante carrière, soit que vous vous apprêtez à le faire.

 

Colin ne put qu'acquiescer.

 

- La deuxième porte me semble plus importante : elle représente l'amour. Dans ce domaine, une réelle possibilité existe mais attention ! Vous risquez de commettre des erreurs qui la compromettraient à jamais.

 

Intrigué, Colin se tourna vers cette porte. Elle était grand ouverte à présent et les invités étaient en train de sortir. D'ailleurs, la salle ne comportait plus quatre larges portes battantes mais une porte principale, une petite porte de service et de grandes baies vitrées donnant sur Paris. À côté de lui, Mélina lui rappelait que son discours aurait lieu dans quelques minutes.

 

Colin resta un moment désorienté. Il cligna plusieurs fois des yeux pour s'assurer que tout cela était bien réel mais ce qui l'entourait restait inchangé.

 

Sa première pensée fut qu'il ne saurait sans doute jamais ce que représentaient les deux dernières portes.

 

Puis il eut envie d'éclater de rire. S'il racontait à n'importe lequel de ces invités qu'il venait de parler avec Gustave Eiffel, il était bon pour l'asile. "Et de quoi avez-vous parlé? De la symbolique de sa Tour, bien entendu !" Colin sourit rien que de l'imaginer.

 

Pourtant, il ne pouvait s'empêcher d'être mal à l'aise. Tout cela avait semblé si réel... Était-il possible de rêver debout au milieu d'une salle, sans que personne ne s'aperçoive de rien? De toutes façons, ce rêve était tellement ridicule qu'il ne pourrait le raconter à personne. Et puis, il fallait qu'il reprenne ses esprits et qu'il fasse son discours.

 

Quand Colin prit la parole, il fut brillant comme à son habitude et personne ne s'aperçut de rien. Mais il ne profita pas de la soirée comme il l'avait espéré. Quand il rentra à sa chambre d'hôtel, ce sentiment de malaise ne s'était pas dissipé.

 

Chapitre suivant ->

Partager cet article

Repost0

commentaires

P

Haha, il semblerait que l'histoire commence... Très bon chapitre!! Attention, il manque de "r" de "portrait" (d'Eiffel).
Je t'avoue que tu m'as eue, je finissais par me demander à quelle époque se déroulait ton histoire!! ;-p J'ai pas beaucoup dormi...


Répondre
@


Merci, j'ai corrigé. ;)



C

c'est quoi un frac????????


Répondre
@

Une veste très habillée, genre queue de pie. ;)


~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

~ Archives ~

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -