23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 08:04

Ce petit roman a un défaut : il est peut-être un peu trop drôle. Je vous explique : vous avez un petit moment tranquille, les enfants jouent, vous vous installez dans un coin avec votre roman et vous commencez à lire.

Trois minutes plus tard :

Enfant n°2 : Mamaaaaaan ? Pourquoi tu rigoles ?

Moi : C'est rien, c'est mon livre.

Une minute se passe.

Enfant n°2 : Mamaaaaaan ? Pourquoi tu rigoles ?

Moi : C'est encore mon livre.

Une minute encore.

Enfant n°3 (qui vient de rentrer dans la pièce) : Mamaaaaan ? Pourquoi tu rigoles ?

Enfant n°2 (blasée) : C'est rien, c'est son livre.

Allez un peu lire discrètement, avec ça...

(Pendant ce temps-là, enfant n°1, qui est une ado, est partie dans sa chambre pour lire tranquille, elle).

Et je vous raconte pas quand vous décidez de lire "juste quelques pages" tranquillement avant de dormir...

Bon, en vrai, qu'est-ce que je me suis amusée en lisant ce livre ! Alors je sais bien, l'humour, chacun a le sien. Autant par exemple L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa m'a laissée de marbre (et je l'ai abandonné avant la fin, ce que je ne fais presque jamais), autant là, je rigolais toute seule comme une idiote en tournant les pages. Pour savoir si ça vous parle, c'est simple : lisez les premières pages et si vous n'avez pas accroché à l'histoire du barbecue, le reste risque de ne pas vous amuser non plus. Mais si vous souriez devant la description du barbecue transformé en Vésuve... vous devriez passer un super moment.

Le barbecue transformé en Vésuve, ce n'est que l'une des terribles mésaventures de Ben. C'est bien simple, quoi qu'il arrive, ça finit toujours par lui retomber dessus. Comme cette sombre histoire de dame qui fait traverser les petits... Ce n'est pas vraiment sa faute s'il l'a renversée avec son vélo. Et s'il a été pris après avoir piqué des bouteilles - et puis, il voulait pas, ce sont ses copains qui avaient monté ce plan débile. Enfin bref, c'est quand même lui qui doit suivre un programme de "réinsertion" avec rédaction de journal intime obligatoire (ça, il fait déjà) et activité manuelle (ça, par contre...).

En plus, catastrophe numéro 1 : il se retrouve dans un cours de tricot. Et catastrophe numéro 2 : non seulement il est doué, mais il adore ça. Pas question d'avouer ça à son père, qui pense qu'il est passionné par la mécanique. Ni à ses copains. Ni surtout à la douce Megan. Jusqu'à quand Ben va-t-il pouvoir retarder son coming out ?

C'est comme ça que le roman nous parle adolescence et jacquard, collège et cache-théière, famille farfelue et magasin de laine... T.S. Easton affirme qu'il ne tricote pas lui-même. Et pourtant, la passionnée de tricot que je suis s'est reconnue de bout en bout, aucune erreur sur les termes techniques, on retrouve la petite communauté, les patrons sur internet, les podcasts de tricot...

C'est sûr, T.S. Easton tricote, il a juste pas fait son coming out.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie 26/05/2018 16:14

J'adore le "(en public)" du titre !
Et peut-être bien que T.S. Easton tricote en privé, mais ne tricote pas "en public". Il a juste rien précisé ? ;-)

anne(tte) 26/05/2018 18:00

Eh oui, on va toutes attendre de voir T.S. Easton tricoter en public. :P

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

~ Archives ~

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -