22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 21:10

Ce qui frappe d'abord, quand on lit La débrouillardise, c'est la beauté de l'écriture. Une écriture pleine de couleurs, de sensations, de vie.

On ouvre la couverture tellement sobre des éditions Grasset, on ne s'y attend pas, et on est tout de suite ailleurs, dans le métro, dans la rue, assis sur un talus. Lucie Land peut nous emmener n'importe où en deux phrases.

On a envie d'en lire des bouts à voix haute pour faire partager ce bonheur délicieux : lire une phrase et se dire que "c'est exactement ça".

"Je vais faire un tour. Je me pose sur un talus qui domine d'un côté le périph, de l'autre l'autoroute. Je lance des brins d'herbe en l'air. Le ciel est violacé. Les nuages ne se décident pas à dessiner des figures."

Voilà. Quelques mots et tout est là. On sent l'herbe sous nos doigts, le vent, on voit les nuages au dessus de nous. On y est, tout simplement.

Le monde dans lequel Lucie Land nous entraîne, c'est celui de Katarina. Elle a 17 ans, presque 18, elle est rom, la vie est devant elle et elle veut être libre, tracer son propre chemin.

Libre parce qu'elle est rom ? Ce serait une idée un peu facile - tout le monde attend de Katarina qu'elle se marie "parce qu'elle a l'âge", et qu'elle commence une vie consacrée à fonder une famille et à élever ses enfants. Ou qu'elle soit musicienne, comme son père et ses frères. Katarina sait jouer de l'accordéon, elle sait danser, mais la musique n'est pas pour elle. Elle sait avec qui se marier mais elle n'est pas bien sûre de le vouloir. Elle ne dit ni oui ni non, Katarina, elle prend des chemins de traverse...

La force du livre, en plus de son écriture, ce sont ses personnages. Hauts en couleur et qui sonnent tellement vrais. De nous entraîner "de l'autre côté" de cette frontière invisible qui nous sépare des roms, pour vivre avec eux et nous étonner, nous aussi, de ces journalistes qui viennent dans leur camp les photographier comme des animaux exotiques. De nous faire comprendre, un peu, en quoi leur manière d'être est singulière.

Libre, La débrouillardise l'est aussi, de bout en bout. J'ai été un peu déstabilisée par sa manière de se refermer d'un coup, comme il s'était ouvert : il nous prend, il nous fait vivre quelques jours de la vie de Katarina, et puis il nous laisse sans nous donner les conclusions ou les épilogues dont on a l'habitude. On ne saura pas tout, les boucles ne seront pas toutes refermées. On pourra y penser, rechercher des liens, des correspondances, des signes ou des aboutissements. J'ai été déstabilisée... mais j'ai aimé ça. ;)

Quand j'étais au lycée, j'avais l'habitude de dire que lire un livre pour son style, c'était idiot : ce qui comptait, c'était l'histoire et rien d'autre. Je crois que j'avais tort ; quand une écriture, une voix, crée un vrai univers, une expérience sans aucune fadeur, alors sans doute, on peut lire un livre "juste" pour ça. Vous ne croyez pas ?

J'ai eu le plaisir de recevoir ce livre dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Grasset - comme d'habitude, je vous donne mon avis comme si je l'avais acheté moi-même (ou emprunté à la bibliothèque ;) ).

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
Merci beaucoup pour cet article. ^^
Lire un livre rien que pour son style ? Je connais quelqu'un qui a lu tout Proust pour cette raison !!! Non, ce n'est pas moi. ;-)

Lycéenne, j'ai eu quelques coups de cœur "stylistiques", des auteurs découverts en cours de français, tout simplement.
Comme tu dis, "Quelques mots et tout est là…. On y est tout simplement."
Quand je relis leurs livres bien des années plus tard, j'ai toujours cette même émotion. C’est comme si je les avais lus la veille. La même lumière, la même odeur, les mêmes bruits, j’y suis à nouveau. C’est vraiment étrange. Tout est intact.
Et "l’histoire" ? me diras-tu, parce que c’est quand même très important .^^
Malgré le temps qui a passé, certains provoquent les mêmes plaisirs ou les mêmes malaises. Pour d’autres, je les comprends enfin. ;-)

À sa sortie en livre de poche, j'ai lu La Blessure et la Soif de Florence Plazenet. Certains trouveront le livre pédant et je peux le comprendre.
J'ai été bouleversée par ce livre, littéralement saisie. L'écriture est somptueuse.
Sans son style, ce livre ne provoquerait sans doute pas une telle émotion.
Bref, coup de cœur absolu !

En réfléchissant, en faisant le tour des quelques livres que j’ai feuilletés ou lus récemment, le style peut être maladroit, si le contenu m’intéresse, je peux le finir.
C'est surtout la vulgarité, qui me gêne. Là, j’abandonne.

En vrac ;-)

Pour les librairies anglaises, tout dépend de mon circuit, parce que j'essaie de faire mon p'tit tour à pied. Alors, ça dépend. ;-)

Vraiment très intéressante la BD manga ! Tu m’as fait découvrir quelque chose, que j'ignorais complètement ! Merci beaucoup !

Je n'ai pas de tablette, donc pour la grande histoire, j'ai des petits soucis. J'entrevois juste les possibilités.
Je n'ai pas encore essayé les coloriages. Mon smartphone a mauvais caractère. En projet cependant avec ceux de mes enfants, s'ils m'autorisent... ;-)
Au moins un semble connaître. ^^
Répondre
A
Merci pour ton commentaire. Je note "La blessure et la soif", je n'en avais absolument pas entendu parler (honte à moi, il faut dire que je lisais surtout de la littérature jeunesse à l'époque !) mais tu donnes très envie de le découvrir !
Côté style, en y réfléchissant, je suis une fan absolue de celui de Christian Bobin. Mais là, je dirais que c'est un tout, c'est peut-être plus le message, la personnalité... on est dans une simplicité et une sincérité qui me touche beaucoup.
Et tu sais, moi aussi, j'ai lu Proust, mais j'ai adoré l'histoire aussi. :P Ou plutôt cette manière de faire vivre les personnages, de tout rendre vrai, de nous faire vivre avec eux... bref, fan aussi. ;)
Et pour la grande histoire du petit trait, je n'ai pas essayé sur smartphone mais il est possible que ça marche (ça va être petit, par contre :/ ).

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

~ Archives ~

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -