5 novembre 2017 7 05 /11 /novembre /2017 12:50

C'est l'histoire de Patricia Hearst. Fille d'un magnat de la presse américaine (tendance presse à scandale), elle est enlevée en février 1974 par un groupuscule d'extrême gauche qu'elle finit par rejoindre, armes à la main.

C'est l'histoire de Gene Neveva, sociologue américaine, femme libre et féministe. Elle étudie l'histoire de Mercy et Mary, jeunes femmes enlevées par les amérindiens au XVIIIème siècle et qui, une fois "libérées", avaient souhaité rester vivre avec leurs ravisseurs. En 1975, les avocats de la famille Hearst lui demandent une expertise psychologique de Patricia dont le procès va bientôt s'ouvrir.

C'est l'histoire d'une jeune femme des Landes, que Gene Neveva engage pour l'aider à compulser l'énorme somme de documents qu'elle a reçus. La rencontre avec Neveva, et d'une certaine manière, Patricia, va changer sa vie.

Et c'est aussi l'histoire d'une femme qui écrit "je" (l'auteur ? la narratrice ?). Elle est à Northampton, où enseigne aujourd'hui Neveva et où son livre Mercy Mary Patty; publié en 1977 et jamais traduit en français, vient d'être réédité.

Ce roman brouille les pistes et joue la confusion entre fiction et réalité : qui a vraiment existé ? une part du livre est-elle autobiographique ? Mercy Mary Patty, est-ce le livre que nous tenons entre les mains ou bien celui de Gene Neveva ?

Une chose est sûre : l'histoire de Patricia Hearst, elle, est authentique. Elle a bouleversé puis perturbé l'Amérique. Son image a fasciné bien au delà du fait divers. Patricia est un symbole, mais le symbole de quoi ?

C'est toute l'habilité du roman d'entraîner le lecteur dans ces interrogations, sans jamais donner de réponse claire ou définitive. Refus d'une vie tracée d'avance, refus d'un monde d'inégalités, goût de la liberté, violence, recherche de la justice ou bien incarnation de l'injustice... Patricia a vite fait de devenir l'emblème de ce que chacun veut bien y mettre - mais elle, est-ce que quelqu'un s'intéresse à qui est vraiment cette jeune fille de 19 ans ?

C'est l'histoire de Patricia Hearst, donc, mais aussi peut-être celle du féminisme, du courage d'être soi-même, des chemins qu'on cherche et des choix qu'on finit par faire. Un beau roman qui embarque et interroge, et se lit d'une traite. Et dont chacun ressort avec ses propres réponses et surtout, peut-être, ses propres questions.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie 06/11/2017 08:21

Loin d'être un livre léger donc.
Entendu ce matin à la radio, Bakhita est un favori pour le prix Goncourt.
J'ai fini La petite danseuse. J'ai beaucoup aimé. Tellement, que ce sera le livre que je choisirai de présenter au club lectures pour le thème sur la Rentrée Littéraire.
Merci pour tous tes articles! Je commence Nymphéas Noirs de Michel Bussi. :-)
Premier livre de lui que je lis. Tu as réussi à me convaincre. :-)

anne(tte) 06/11/2017 09:18

Tu sais quoi ? J'ai emprunté "La petite danseuse" hier (en pensant à toi qui devait le lire ;) ). Je serai si contente que "Bakhita" ait le Goncourt... Ce livre dégage quelque chose de tellement positif sans être pour autant léger (je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ?) et j'ai besoin d'un peu d'optimisme en ce moment - en fait, je ne dois pas être la seule, non ?
Pour "Mercy Mary Patty", bizarrement, ce n'est pas un livre si noir. L'histoire reste à distance de Patricia Hearst et porte plus sur la manière dont elle interroge et dont les autres la voient. Celui que j'ai lu ensuite était nettement plus noir - j'en parle bientôt. ;)

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture et encore des livres... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

~ Archives ~

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -