15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 10:59
Le crime du comte Neville

Oublions un instant la rentrée littéraire, Amélie Nothomb, son personnage, son livre qui revient immuablement tous les ans, les bons et les mauvais crus... Ce serait dommage de passer à côté de la lecture du Crime du comte Neville pour des choses qui, finalement, n'ont rien à voir.

Moi qui ai tant aimé les livres d'Amélie Nothomb quand je les ai découverts, puis me suis lassée d'y retrouver les mêmes ficelles au fil du temps, j'ai essayé de lire ce livre comme si c'était le premier. J'ai bien fait : je me suis régalée.

Le crime du comte Neville, c'est un conte, un peu féroce et cruel et très drôle en même temps. Tout commence par une prédiction : une voyante annonce au comte Neville, vieille noblesse belge désargentée, un peu guindé, d'une autre époque, qu'il va tuer l'un de ses invités lors de sa prochaine réception. Qui sera en plus la dernière réception avant la vente du château. Lui qui met tout son art et son talent à recevoir ses invités. C'est la catastrophe. Oh, ce n'est pas tant de devenir un criminel qui l'ennuie : tuer un invité, ça ne se fait pas. Un pareil manque de savoir vivre, ce serait une véritable catastrophe. Mais comment éviter l'inévitable ? Quitte à tuer quelqu'un, est-ce qu'on ne pourrait pas le faire en respectant les convenances ?

C'est drôle, terriblement bien vu, avec la galerie de caractères qu'on pourrait attendre de la part d'Amélie Nothomb (j'ai essayé de l'oublier, c'est vrai, mais je l'ai bien reconnue quand même ! :P) et on s'y laisse prendre jusqu'à ce que tout se finisse dans une pirouette et un éclat de rire. Ma belle-mère, en vacances ici, l'a lu en deux soirs avant de le conseiller à mon beau-père, qui l'a lu en deux soirées aussi. Mon mari l'avait lu avant moi, en une journée. Je vais continuer à le faire tourner un peu, je crois !

Cette lecture est ma deuxième participation au Challenge rentrée littéraire 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pédide 02/04/2016 15:52

N'oublie pas de préciser que cette histoire est inspirée du "Crime de Lord Arthur Sackville" d'Oscar Wilde !!! ;-p Une version Belge et moderne, en quelque sorte !

nonette 16/03/2016 09:56

merci, ce post va me permettre de me laisser tenter.. j'avais aimé les précedents.

anne(tte) 16/03/2016 12:56

Merci pour ce gentil commentaire ! J''ai lu beaucoup de livres d'Amélie Nothomb à l'époque de "Stupeurs et tremblements" puis plus du tout, j'avais lu et aimé "La nostalgie heureuse" (il y a deux ans ?) et avec celui-ci, je crois que je vais y revenir. En plus, je l'avais aperçue au Salon du Livre et j'avais été impressionnée par la gentillesse avec laquelle elle s'adressait à chacun de ses fans venus en dédicace (alors qu'il y avait une queue monstrueuse et qu'elle devait y être depuis des heures), s'intéressant à chacun... très loin de l'image de froideur qui est développée par les photos, couvertures...
Je vous souhaite une belle lecture !

Marie 15/03/2016 18:44

Je n'ai lu que les deux livres d'Amélie Nothomb, deux classiques, Stupeur et tremblements et Métaphysique des tubes. J'avais bien aimé, mais je n'ai pas eu envie d'aller plus loin.
En tout cas, excellente plaidoirie et si je le trouve dans le prochain bibliobus, je le prends! :-)

anne(tte) 16/03/2016 12:51

J'ai beaucoup aimé les deux ! C'est surtout "Stupeur et tremblements" qui m'avait marquée. Je me souviens que j'avais beaucoup aimé "L'hygiène de l'assassin" aussi, mais je pourrais le relire parce que ça fait longtemps et j'ai oublié l'histoire.
"Métaphysique des tubes" m'avait bien plu aussi... il montre bien son univers, je trouve - univers très marqué, c'est moins le cas dans "Le crime du comte Neville", d'où cette impression de renouvellement que j'ai eue et sans doute aussi la déception que j'ai lue sur certains blogs ?

Michèle 15/03/2016 12:36

Je n'avais jamais lu de livre d'elle. J'ai trouvé celui-ci léger, plein d'humour mais il ne m'a pas donné envie de plus découvrir cet auteur.

anne(tte) 16/03/2016 12:49

Il est bien plus léger que d'autres que j'ai pu lire d'elle. Si tu as envie de te laisser tenter, mon préféré est sans doute "Stupeur et tremblements", qui raconte de manière très juste ce que peut devenir une expérience professionnelle dans le monde clos (ici d'une entreprise japonaise mais ça pourrait arriver ailleurs) qui a ses propres règles et où les relations ne sont jamais tout à fait "les relations de la vraie vie". Il y a des pages magnifiques aussi sur l'espoir au milieu du désespoir... et des pages très drôle (une histoire de comptabilité que je te laisserai découvrir).
Il a été très bien adapté au cinéma avec Sylvie Testut, qui est une actrice que j'aime beaucoup.
Dans un genre très différent, j'avais beaucoup aimé "Péplum" : si Pompéi a disparu, il faut se demander "à qui profite le crime ?" Sans conteste, aux archéologues. Les archéologues ne peuvent pas déclencher une éruption volcanique dans l'antiquité, bien sûr... mais dans le futur, qui sait ? :P

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture, de l'aquarelle, des dessins... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

Abracadacraft, Des idées pour aujourd'hui et pour deux mains

plumetis

Suivez-moi sur Hellocoton

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -