18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 09:03
U4 - Yannis

Comme souvent quand on a vraiment aimé un livre, il ne va pas être facile pour moi de vous parler de U4 - Yannis. Peur de trop dévoiler, peur de réduire à ce qu'il n'est pas... Et pourtant, il y a tellement de choses à en dire, de ce roman.

U4, d'abord. C'était un peu l'évènement de la rentrée littéraire de septembre, ces quatre romans U4 qui sortaient en même temps. Et à juste titre : quatre auteurs avaient décidé d'écrire ensemble, chacun un roman, qui couvrirait la même période, le personnage principal de l'un devenant personnage secondaire des autres. Quatre histoires qu'on peut lire dans n'importe quel ordre, avec chacune leur identité, leur spécificité et leur fin, qui dévoilent juste un peu mais pas trop ce qu'il y a dans les autres.

Les premières pages du roman présentent ces quatre histoires liées : le virus U4 a décimé 90% de la population et n'a épargné, pour une raison inconnue, que les jeunes de 15 à 18 ans. Avant que le réseau internet ne tombe en panne, le maître du jeu en réseau Warriors of Time a donné rendez-vous aux experts du jeu, à Paris, le 24 décembre, pour enrayer la catastrophe.

"Jules, Koridwen, Stéphane et Yannis font partie de ces Experts. U4 est leur histoire."

Ce qui était une formidable expérience d'écriture pour les auteurs devient également une expérience de lecture : on attend et on guette la rencontre des personnages, on se demande ce que l'interlocuteur pense vraiment quand il parle avec le narrateur. On a envie de passer "de l'autre côté du miroir" pour savoir... et on sait que ce sera possible (ça donne un peu le vertige).

Si vous voulez en savoir un peu plus sur ce projet singulier, une vidéo avec les éditrices (les romans sont co-édités par Syros et Nathan) et Florence Hinkel, l'auteur de Yannis.

Florence Hinkel en parle (bien sûr) mieux que moi mais quelques mots sur l'histoire : après la catastrophe, Yannis décide de quitter Marseille pour rejoindre le rendez-vous de Khronos, à Paris, parce qu'il veut absolument y croire. Lui qui n'est qu'un adolescent ordinaire trouve du courage à s'imaginer Adrial, son avatar de WOT. Parfois, il croit apercevoir les fantômes de sa famille qui l'accompagnent. Au fil de son voyage, il apprend beaucoup, y compris sur lui-même...

Si je réfléchis à ce qui m'a plu dans Yannis, je dirais que ce roman parle extrêmement bien de l'adolescence. Un journaliste disait "l'adolescence d'aujourd'hui, celle des jeux en réseau et des mondes virtuels", c'est sans doute vrai mais je pense que ça parle plutôt de l'adolescence tout court : les doutes, le besoin de s'identifier à un personnage imaginaire exemplaire, la violence qui peut apparaître en soi, la confusion des sentiments...

Et l'autre chose, ce sont les personnages secondaires. La magie du projet U4, c'est que tous les personnages secondaires sont riches et pourraient faire l'objet d'un roman à part; je pense à François bien sûr, à Elissa et sa fille, mais aussi à Anne à peine croisée à Paris mais derrière laquelle on sent toute une histoire (apparaît-elle dans les autres romans ? pour qu'on découvre quoi ? ... ).

Je n'avais jamais lu d'histoire post-apocalyptique avant mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Hussard sur le toit... et l'auteur aussi, visiblement, à en juger par l'escale de son personnage à Manosque (!).

Ce roman est un coup de cœur et me donne envie non seulement de découvrir les autres romans U4 mais aussi plus largement ceux de Florence Hinkel. Et la lecture se prolonge par les "bonus" accessibles par l'appli (interview, vidéo) que j'ai trouvé très intéressants (à part la "bande-annonce" qui ne traduit pas la richesse du livre, je trouve).

Maintenant, j'ai hâte de découvrir les avis des autres participants du Challenge rentrée littéraire 2015, auquel je participe, et pour lequel c'est ma première lecture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 20/02/2016 15:45

Ces livres me tentent depuis que je les ai vus en librairie, dans ce genre de librairie où les vendeurs mettent des commentaires. :-) Et le commentaire m'a beaucoup plu. :-)
Tant qu'à faire, j'ai finalement regardé les vidéos des quatre écrivains. Quelle expérience! Ils sont tous tellement différents.
Voici quatre livres à ajouter d'un coup à ma liste!
J'ai fini Le cricket-club des talibans. Un petit bonheur bienvenu! J'ai passé un excellent moment.
Maintenant, je me replonge dans la fin d'un livre fort intéressant, qui se lit très facilement, mais dont les témoignages sont parfois à la limite du soutenable... La fin de l'homme rouge.

anne(tte) 20/02/2016 19:42

Je vois tout à fait le genre de librairie dont tu parles (celui où je peux passer des heures !). Et tu as raison, les auteurs sont très différents, c'est une vraie expérience de lire ces livres qui s'entrecroisent mais de styles, voire de genre différent. J'ai lu "Koridwen" déjà, et là je suis en train de lire "Stéphane"... il ne me manquera plus que "Jules", je vais peut-être souffler l'idée à mon mari pour mon anniversaire ? :P
Je ne connaissais pas "La fin de l'homme rouge", ça a l'air d'être un livre fort... il me fait un peu penser à "Chinoises" que j'avais lu il y a plusieurs années, qui regroupe les histoires de femmes en Chine, parfois très dures également... Ces livres sont durs mais ils sont utiles...
Je suis contente en tout cas que "Le cricket club des talibans" t'ait plu, c'est une chaîne en fait, puisque c'est une collègue bibliothécaire qui me l'avait conseillé. ;)

~ Présentation ~

Le blog à histoires
: Des livres, du tricot, de la couture, de l'aquarelle, des dessins... Bienvenue chez moi !
Contact

~ ~ ~ ~

Abracadacraft, Des idées pour aujourd'hui et pour deux mains

 

~ Rechercher ~

~ En cours ~

Côté tricot...

Côté lecture...

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -